GILLES

SEPTEMBRE, 2017

l’Autre
portrait
grenoble

S’ouvrir en sourire

Les deux mains de Gilles se mélangent sur la table basse, elles se joignent et s’animent alors que d’autres choses restent impassibles et immuables : le polo sur son dos et un berceau toujours posé dans un coin. quelques instants plus tôt,  c’est son sourire qui nous accueillait avant de s’asseoir en notre compagnie, dans une atmosphère chaleureuse dont il apparaît comme l’artisan majeur.

calme et doux, le regard apaisé, sa voix légère qui peine à s’extraire du son environnant, Gilles nous oblige alors à tendre l’oreille et l’esprit pour ne pas perdre une miette de ce qui, sans cris, attire toute notre attention.

Raconte nous

Je bosse dans les bars depuis une dizaine d’années mais je ne vois pas vraiment ça comme un boulot : c’est vraiment une passion. Il n’y a aucune contrainte si ce n’est les quelques choses malsaines que tu vois avec l’alcool, la drogue, et qui sont plus difficiles. Mais le boulot en lui même et dans les grandes lignes, j’adore.

D’un autre côté, je voulais ouvrir un bar pour l’aspect humain et c’est selon moi le plus important. Ici, c’est ouvert à tout le monde, la clientèle est diversifiée que ça soit en terme d’âge, d’horizon ; il y a vraiment un mélange. C’était mon plus gros objectif, et pourtant ça c’est fait tout seul. Je ne  suis pas le seul qui agit pour ça, des clients ramènent de la bonne humeur, c’est un tout. Cette ouverture, c’est ma plus grosse fierté.

Je trouve que le bar est un énorme reflet de la société, on va tous au moins une fois par semaine boire » des coups ». Ça donne une idée de la société, dans les bonnes choses comme dans les mauvaises. Plus souvent dans les mauvaises : tu es confronté à l’impolitesse, au manque d’intégrité, à l’agressivité, aux choses malsaines, à l’alcoolisme … mais c’est rattrapé puissance mille par des moments franchement rares mais de pure gentillesse, de pure simplicité, de pure intégrité.

Il y a des trucs de tous les jours qui font tenir, ça peut être juste du “bonjour – au revoir” avec certains clients. Et après tu as des moments plus exceptionnels comme les moments d’échanges. C’est rare mais ils te font tenir pour un mois ou tu peux galérer. C’est pour ça que j’ai un bar, pour les bons moments d’échanges et de partage.

L’Autre

C’est le monde entier. Ça évoque pleins de choses, le partage, le respect. J’ai toujours une vision utopique du monde mais plus le temps passe moins j’y crois, et par contre plus j’arrive à cibler ces quelques moments rares de beauté et de gentillesse pour en profiter un maximum. Il y a plein de choses à laquelle je ne crois plus, – le monde n’est pas très beau – mais je pense en même temps qu’on peut  tous s’éduquer ensemble à travailler pour être plus gentil, plus intègre, plus respectueux. L’intégrité et la bienveillance sont les deux mots les plus importants qui existent. C’est les deux choses principales que je veux enseigner à mon fils, juste ça.

” En grandissant, je me rend compte que la gentillesse est exceptionnelle 

J’ai été énormément déçu, je le suis souvent aujourd’hui encore mais j’ai compris que le monde ne sera jamais comme je le voudrais. Quand j’étais plus jeune j’étais attiré par les personnes talentueuses. Je trouve ça beau encore aujourd’hui, mais je suis d’avantage attiré par la gentillesse des gens. Il y a quelques années certaines personnes ne m’auraient  pas intéressées plus que ça, je les aurais pas trouvé assez “exceptionnelles”. En grandissant je me rends compte que la gentillesse est exceptionnelle. Tu vas croiser un client, peut être qu’il sera alcoolique, que physiquement il ne te donnera pas envie d’aller vers lui, mais tu sens qu’il est gentil et ça te donne envie de creuser un peu plus. L’Autre, ça m’évoque tout ça.

Un conseil culturel au monde

Je pense qu’on apporte toujours un peu d’importance à ce que peuvent penser les autres, Ça serait mentir de dire le contraire. Je me fous un peu du regard des personnes que je ne connais pas, mais les personnes que j’aime et que j’estime, j’ai envie qu’ils gardent plaisir à me regarder, qu’ils soient bienveillants vis à vis de moi.

La bienveillance est une notion importante entre les gens, j’essaye toujours de l’être.

Que penses tu de

“L’amour de ma mère ça me suffit pas

J’voudrais qu’elle aime la terre entiére …”

Odezenne, souffle le vent

Je suis assez radical : si je suis déçu un jour, et si je le suis c’est que c’est quelque chose de grave, je suis incapable de pardonner. Et en même temps pour les choses de tous les jours je pardonne beaucoup. Ce qui serait beau c’est qu’on aime tout  tout le monde de base, je pense qu’il faut donner son amour et sa confiance à tout le monde d’office, sans crainte.

Pour moi les super héros c’est les gens juste gentils et simples. Ce sont ces gens là qui peuvent changer le monde – pas tout de suite mais ils changent l’état d’esprit, le quotidien de tout le monde.

Ce qui est beau chez les enfants, c’est qu’ils ne différencient pas les filles des garçons. Adulte, on remarque tout ce qu’on a pas l’habitude de voir, même inconsciemment : un handicapé dans la rue, une femme voilée. Quand je vois deux lesbiennes qui s’embrassent dans rue, je me dis que c’est beau, mais en tout cas je le remarque et je ne devrais même pas, c’est pour ça qu’il y a un travail à faire.

Le bonheur

J’ai pas besoin de grand chose : l’argent je m’en fous, les fringues aussi. Je rêve juste d’une vie de famille simple, que mon fils soit bien éduqué, soit intègre.

La simplicité c’est ce qu’il y a de plus dur à trouver.

GILLES

experiences et impressions retranscrites avec amour

Je veux regarder l'Autre sur Instagram #voyeurisme